Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Les années à Sciences Po de Nelson Monfort

L'Association

-

18/03/2016

Il est l’un des journalistes sportifs les plus célèbres de France. Tout amateur de sport est sensible à son accent anglais et à ses légendaires lunettes rondes, mais peu se doutent que Nelson Monfort (promo 76) a fait ses armes Rue Saint-Guillaume. Une fois n’est pas coutume pour cette rubrique, ce sont les étudiants de Sciences Po TV et de l’Association Sciences Polémiques, qui ont interrogé le célèbre commentateur et qui l’ont fait revenir sur les bancs de l’école. Rencontre avec un ancien de la maison.

Votre Sciences Po 

Je dois vous dire que je suis assez ému de revenir Rue Saint-Guillaume, parce que selon moi, rien n’a changé… Les murs, le jardin, l’amphi Émile Boutmy, la péniche, toujours aussi animée, l’immeuble d’en face où il y avait les TD. Je retrouve l’association sportive, plus active que jamais. Même le ski est à l’honneur ! À l’époque, j’étais étudiant en relations internationales. C’était la section considérée comme la moins sérieuse, réservée aux étudiants étrangers. Sans doute n’avais-je pas le talent pour aller en service public ou en « Éco-Fi ». À choisir, si je revenais aujourd’hui, je m’orienterais peut-être vers le master Droits de l’homme, ou le master Environmental Science and Policy, ce qui n’est pas si différent.

 

Le cours qui vous a le plus marqué

J’étais plutôt un étudiant de fond de classe. Si je me risquais à une comparaison automobile, je n’étais pas vraiment en « pole position », plutôt en fond de grille ! Mais, quelquefois, ceux qui sont en fond de grille dépassent ceux qui sont en première ou deuxième ligne (rires). Je garde quelques très bons souvenirs des enseignements que j’ai reçus, en particulier du cours d’économie de Raymond Barre (promo 48), avant qu’il ne devienne Premier ministre. Les professeurs Maurice Duverger (promo 63) et Jean-Claude Casanova (promo 57) m’ont également beaucoup marqué.

 

Votre plus beau souvenir estudiantin

Il ne peut y en avoir qu’un : celui de rencontrer celle qui allait devenir ma femme. Je l’ai vue pour la première fois dans la péniche, où il y avait, à l’époque, une machine à café. Je l’ai regardée de loin. Puis il s’est avéré qu’on s’est retrouvé dans la même conférence. Et, ce qui devait arriver… arriva !

« Le sport, c’est mon fort »

Ce serait une faute professionnelle de prétendre le contraire ! C’est mon fort, mais je ne prétends pas non plus être une encyclopédie du sport. Ce n’est pas d’ailleurs ce que cherchent les téléspectateurs. J’en sais davantage que j’en dis, mais je ne sais pas tout. Et je pratique d’ailleurs moi-même beaucoup de sport. J’ai arrêté le hockey sur glace, que j’aimais beaucoup, mais je fais encore du jogging, du cyclisme, du golf, du tennis, du ski…

 

Votre métier : journaliste sportif

C’est un métier difficile : il faut être délicat, gentil, à l’écoute. Je suis en quelque sorte un « passeur d’émotions ». Il faut se réjouir des succès et compatir aux défaites. Ce n’est, d’une certaine façon, que du sport, mais pour eux c’est toute leur vie. Il est vrai aussi que le monde du sport a beaucoup changé ces dernières années. La spontanéité est moins présente. Tout est plus contrôlé et les intermédiaires (agents, sponsors…) sont plus nombreux. Il appartient à nous, journalistes, d’aller au-delà de cette communication encadrée pour bien faire notre métier et transmettre les émotions.

 

Votre plus belle émotion sportive

Il y en a évidemment beaucoup, mais si je devais en choisir une, ce serait le relais natation 4 × 100 m hommes lors des Jeux olympiques de Londres en 2012. L’équipe de France ne partait pas favorite, on l’attendait à la 4e ou 5e place. En réalité elle a gagné ! Le 4e relayeur, Yannick Agnel, qui venait de remporter la course, m’a soufflé dans l’oreille : « Tu es notre 5e relayeur ». Dans ces moments-là, nous ne sommes plus seulement des journalistes, nous sommes leurs supporters et leurs amis.

PROPOS RECUEILLIS PAR SCIENCES POLÉMIQUES, AVEC TRISTAN DUBOIS

 Article paru dans Emile n°4

Interview à retrouver sur Youtube : « Sur les bancs de l'École - Nelson Monfort »

 

2 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

L'Association

Admission en 1ère année : quatre épreuves pour donner leur chance à tous les meilleurs talents

VP

Valentin Perthuis

27 octobre

L'Association

Sciences Po Alumni vous souhaite la bienvenue sur son nouveau site internet !

AM

Alessandra Martinez

21 octobre

1

L'Association

Assassinat de Samuel Paty : Sciences Po exprime son indignation et sa révolte

SP

Sciences Po Alumni

20 octobre

1