Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Edito de David Epaud, président du Club Sciences Po Millésimes

Information

-

25/03/2020

Chers Alumni,

Comme l’ensemble des entités au sein de l’Association, Sciences-Po Millésimes a suspendu ses activités jusqu’à la fin du mois de mai. Rendez-vous est maintenant pris, selon l’évolution de la situation, pour notre Paulée de fin d’année, le 7 juillet prochain, sur le thème des blancs de Loire ; et dès le mois de juin, pour un dîner ou un pot de l’amitié, si les conditions le permettent. En attendant, chacun aura à cœur de respecter les règles de confinement, et de soutenir le travail des équipes médicales qui luttent en continu pour sauver des vies, comme nos camarades qui seront plus personnellement touchés.

Selon la situation familiale et professionnelle de chacun, cette période aura nécessairement une résonance propre, marquée par l’attente, le divertissement, les défis du travail à distance ou l’attention aux proches ; et sans doute tout cela à la fois. Mais ce sera aussi très probablement, y compris de manière rétrospective, un temps de réflexion. A notre modeste niveau, et puisque telle est la vocation de notre club Sciences-Po Millésimes, peut-on se demander si le vin y aurait sa place ?

Assurément, les réponses seront là encore personnelles. Il n’est pas interdit de chercher un sourire en marquant une soirée de confinement familial d’un bien-nommé Chasse-spleen, sorti d’une caisse de Bordeaux. Peut-être certains, volontiers bravaches, penseront-ils au Dernier repas de Brel, et à « ce vin si joli qu’on buvait en Arbois » - comme nous avons pu le vérifier lors d’un week-end il y a 4 ans. A l’opposé, d’autres y verront une vanité, comme la Justine (Kirsten Dunst) de Melancholia.

Il est certain, en revanche, que la modération doit prévaloir, et qu’une bouteille ne vaut pas traitement. Nous ne sommes plus en ces temps où les médecins conseillaient tel ou tel cru selon les humeurs de leurs augustes patients, tels Fagon invitant dit-on le Roi Soleil à privilégier le vin de Bourgogne aux dépens du Champagne. Il est vrai que les vins toniques au quinquina ont eu leur heure de gloire, y compris en quasi-médication pour enfants (voir ainsi la jolie revue 12°5 de l’automne dernier). Et la séquence du Petit rapporteur (https://www.youtube.com/watch?v=xwmgGoOv6-o) est désormais culte. Mais notre ligne de conduite au club est bien de privilégier la qualité du travail du vigneron, en dose de dégustation, sur une quantité qui ne laisse guère que des regrets.

La solution pourrait-elle être alors de lire le vin, afin d’y piocher des idées et d’apprécier d’autant mieux les bouteilles sélectionnées avec précision par votre caviste préféré ? Vous trouverez sur le site de l’Association, à la page de Sciences-Po Millésimes (https://www.sciences-po.asso.fr/gene/main.php?base=335&base2_gpe=S&id_details_groupe=23&base_gpe=1334), nos comptes-rendus depuis 2015. L’occasion de raviver de beaux souvenirs pour celles et ceux qui en étaient. L’occasion aussi, peut-être, de vous convaincre de nous rejoindre pour un moment de convivialité revenue, une fois la page tournée.

Bien à vous,

David Epaud

Président du Club Sciences Po Millésimes

3 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Information

Julia Cagé : Un bout du Monde

SP

Sciences Po Alumni

15 octobre

2

Information

Sciences Po lance la Winter School !

SP

Sciences Po Alumni

07 octobre

Information

Où va le Liban ?

SP

Sciences Po Alumni

01 octobre