Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Rencontre avec Marie Lora-Mungai, l'entrepreneure qui secoue les médias africains

Les groupes

-

08/11/2018

Pour le sixième numéro de la série « Regards d’Alumni Afrique », nous vous proposons de découvrir le profil et parcours de Marie Lora-Mungai, Directrice Contenu & Communication de la chaîne de télévision Trace et fondatrice de la société Restless Global (promo 03).


Marie Lora Mungai s'est associée avec le dessinateur de presse Gado pour lancer The XYZ Show, une version kényane des Guignols de l’info. Elle pose avec les marionnettes du président kényan Uhuru Kenyatta et de son vice-président, William Ruto.

Pourquoi avoir rejoint Sciences Po Paris, et en quoi l’école a-t-elle influencé la suite de votre parcours ?

J’ai intégré Sciences Po en 1999. Cela remonte donc maintenant à presque 20 ans ! Je me souviens qu'à l'époque Sciences Po était la seule école en France à offrir un programme vraiment diversifié : histoire, économie, droit, et de nombreuses options. J’avais 18 ans et beaucoup de centres d'intérêt. Sciences Po me permettait de ne pas me spécialiser tout de suite tout en me confrontant à un niveau exigeant. Par la suite, j’ai bifurqué d’une manière assez radicale, mais je conserve de mon expérience à Sciences Po une manière très structurée de travailler et d’organiser ma réflexion, ainsi qu’une facilité à déceler les vrais enjeux d’une situation pour aller à l’essentiel.

Vous êtes aujourd'hui à la tête de la Direction Contenu & Communication au sein du groupe Trace. Quelques mots sur votre carrière ?

Après Sciences Po, je cherchais encore ma voie, et j’ai fait un mastère en marketing et communication à l’ESCP. J’ai atterri au département de Communication Corporate chez CNN à New York pour mon stage de fin d'études, mais j’ai tout de suite été plus attirée par le buzz de la news room. J’ai fini par rester 2 ans chez CNN et à y apprendre le métier de journaliste. J’ai ensuite eu envie d’aventure, et j’ai quitté CNN pour partir m’installer au Kenya, sans contrat, ni contact, et tenter ma chance comme correspondante étrangère.

J’ai rapidement travaillé pour l’AFP TV, Reuters TV, la BBC, et CNN à nouveau, couvrant une quinzaine de pays dont des zones de conflit comme la Somalie et le Darfur. Puis, j’ai fait un nouveau virage lorsque j’ai rencontré le dessinateur de presse Gado et que nous nous sommes associés pour lancer The XYZ Show, la version locale des Guignols de l’info, en 2009. L'émission a tout de suite remporté un énorme succès, ce qui nous a permis d’ouvrir une société de production et des studios à Nairobi. Dix ans plus tard, The XYZ Show est toujours à l’antenne !

En 2012, j’ai découvert le monde des start-ups en lançant Buni.tv, l’une des toutes premières plateformes de vidéo à la demande en Afrique. En 2016, Buni.tv a été rachetée par le groupe international de médias afro-urbain Trace et j’ai rejoint la société en tant que consultante. Depuis mai 2018, je suis en charge de la définition et de l'implémentation de la stratégie de contenu globale du groupe sur ses 24 chaînes de TV, ses radios et ses plateformes digitales, qui touchent 200 millions de personnes dans 160 pays. J’y dirige également le département communication. En parallèle je continue à développer mes propres projets de production de film et de télévision, toujours axés sur l’Afrique et particulièrement le Nigéria, à travers ma société Restless Global.


Pourquoi avoir choisi cette voie ? Comment percevez-vous votre rôle ? Votre impact ?

Ces quatorze dernières années, le fil rouge de mes diverses activités a été la remise en question de l’image de l’Afrique dans le reste du monde à travers l’entrepreneuriat et la création de contenu. L’Afrique est un continent que j’ai découvert un peu par hasard, et ce que j’ai vu en posant les pieds pour la première fois à Nairobi à 24 ans (des gratte-ciels, des centres commerciaux et des cinémas ultra modernes, un dynamisme et une capacité de travail énergisants) n’avait absolument rien à voir avec l'idée de l’Afrique qui circulait à l'époque en Europe ou aux Etats-Unis. J’ai été choquée par ma propre ignorance et par l’injustice de cette vision archaïque, grossière et pleine de préjugés. Tout cela est heureusement en train de changer, notamment grâce au talent des créateurs et entrepreneurs africains. Mon rôle est de leur apporter un projecteur à travers la collaboration ou la co-création.


Comment percevez-vous les dynamiques actuelles des industries médiatiques en Afrique ? Quelles évolutions sont à prévoir ?

Le développement des industries médiatiques est intrinsèquement lié à la croissance du niveau de vie et à celle de classe moyenne et de la société de consommation dans chaque pays. Certaines régions, notamment la zone anglophone, sont plus en avance que d’autres. Il y a encore beaucoup à faire dans des industries considérées traditionnelles, comme la télévision payante ou l’organisation de concerts par exemple. Mais ce qui enthousiasme vraiment les investisseurs est le potentiel du digital et du mobile (qui sont une seule et même chose en Afrique). Il y a encore des freins importants à une véritable explosion (qualité du réseau internet, coût de la data), mais cette évolution est globale et inévitable.

En ce qui me concerne, je suis particulièrement bullish au sujet du Nigéria. Le pays dispose d’une population de 190 millions, d’une diaspora riche et influente, d’une créativité hors du commun dans tous les secteurs, d’un genre musical, l’Afrobeat, qui a pris d’assaut le monde entier, et du Hollywood de l’Afrique avec Nollywood, son industrie du cinéma. Le monde des médias ne peut pas ignorer le Nigéria.


Regards d'Alumni Afrique


Sous la forme de courtes interviews retraçant le parcours d’anciens de l’école actifs sur le continent, cette initiative célèbre la richesse et la diversité des profils des alumni originaires d’Afrique et qui travaillent sur des problématiques ayant trait au continent africain
L’objectif de « Regards d’Alumni » est double :

1) inspirer la communauté des alumni et étudiants de Sciences Po par le récit de parcours singuliers;

2) mettre en avant des secteurs et activités clés en Afrique et l'analyse que porte l'Alumnus sur les évolutions de son secteur d'activité en Afrique.

Contact : afrique@sciencespo-alumni.fr

POUR RELIRE LE PRÉCÉDENT ENTRETIEN DE LA SÉRIE CLIQUEZ ICI

1 vue Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Les groupes

[UK Chapter] Conference with Arnaud Vaissié

SP

Sciences Po Alumni

24 septembre

Les groupes

Programme du Club Randonnée - 2020/2021

SP

Sciences Po Alumni

31 août

Les groupes

Evénements de rentrée de la Section Bretagne - 04 et 05 septembre

SP

Sciences Po Alumni

27 août