Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Trois Sciences Po au cœur de l'Union Européenne

Information

-

10/10/2016

Guillaume Klossa (promo 1998)

 

« Ils ne savaient pas que c’était impossible alors ils l’ont fait. » Quelle meilleure citation pour illustrer l’engagement européen de Guillaume Klossa ? Il est de ces hommes qui cherchent à faire avancer les grandes causes qui semblent pourtant parfois perdues. Derrière exemple en date : son appel à « réinventer l’Europe » – feuille de route pour une renaissance européenne publiée en une d'une douzaine de journaux européens, signé par des dizaines de personnalités quelques jours seulement après le Brexit. « La sortie du Royaume-Uni de l’UE peut être une opportunité. Mais nous devons la créer. Rien n’est gagné. »

François Hollande, Angela Merkel et Matteo Renzi ont décidé conjointement de reprendre l’essentiel de ses orientations lors du prochain conseil européen exceptionnel. En ligne de mire : un Erasmus pour les collégiens, des frontières européennes, le renforcement de la zone euro… Autant de propositions indépendantes des modalités de sortie de la Grande-Bretagne de l’UE.

« Le passage de ma génération par Sciences Po nous oblige à avoir une responsabilité extraordinaire dans la marche de notre pays, de l’Union européenne et du monde. » Cette conviction, Guillaume Klossa l’a appliquée tout au long de son parcours professionnel. De la vice-présidence de McDonald’s France en passant par la fondation de son propre think tank Europanova sans oublier son rôle de sherpa lors de la dernière présidence française de l'Union européenne auprès du secrétaire d’Etat Jean-Pierre Jouyet, la vie de Guillaume Klossa donne à réfléchir.

« Les diplômés de Sciences Po ont beaucoup de chance d’avoir fait de telles études. Nous avons, de fait, une responsabilité considérable. Il faut savoir rendre un peu de ce que l’on a reçu. » Dans cette optique, Guillaume Klossa continue de chercher à convertir les plus jeunes au projet européen. Son livre Une jeunesse européenne, publié en 2014, mêle récit personnel, réflexion sur le monde contemporain et analyse de la politique à Bruxelles. Une autre façon de rappeler à ceux qui n’ont jamais vécu la guerre comment l’UE a permis soixante ans de paix sur le vieux continent.

Autre initiative pour valoriser les profils qui s’engagent dans les carrières européennes : la conférence 40 under 40-European Young Leaders. Dans la droite lignée des programmes de leadership américains, elle vise à faire éclore les dirigeants européens de demain. De nombreux Sciences Po ont été repérés par ce programme depuis trois ans. « Sciences Po doit inspirer la réflexion des élites mais aussi des citoyens dans leur ensemble pour bâtir un monde meilleur. Je suis prêt à assumer ce débat dans la communauté des alumni. »

 

Françoise Chotard (promo 1980)

 

Françoise Chotard est arrivée à Bruxelles en 1988. Elle n’en est jamais partie. Alors qu’elle est à la tête de la représentation de la Région Ile-de-France à Bruxelles depuis plus de quinze ans, cette ancienne fonctionnaire du ministère de la Défense continue de croire plus que jamais en l’Europe.

« L’Europe que je défends est avant tout celle des projets. C’est celle qui permet d’immenses réalisations dans l’une des régions les plus puissantes du monde. A mes yeux, le Brexit est donc la fois une surprise et une inquiétude. Il est temps de repenser l’Europe et sa place dans la mondialisation. »

Françoise Chotard est à la tête de la section belge des alumni qui comporte cent cinquante membres actifs. « Nous tentons de créer des liens entre les réseaux comme celui du Collège d’Europe ou de la London School of Economics. » La section espère recevoir la visite de Frédéric Mion dans les prochains mois comme elle avait accueilli Richard Descoings en son temps.

 

Franck Gouéry (promo 2003)

 

Auteur, fonctionnaire à la Commission européenne,  maître de conférences à Sciences Po, Franck Gouéry multiplie les horizons. Mais c’est l’Union européenne qui recueille la plus grande partie de son énergie. « Je suis Franco-italien, donc intrinsèquement Européen. Une année d’échange au Canada m’a également fait prendre conscience de mon attachement à la diversité culturelle du continent européen, à son modèle de société. »

Pour construire l’Europe, « il faut écouter les citoyens, débattre et de l’audace, encore de l’audace, toujours de l’audace ». A la tête de la division Europe à Paris, Franck Gouéry souhaite organiser des rencontres avec des praticiens, des responsables politiques et des auteurs. Une conférence intitulée « La politique commerciale de l’UE est-elle vraiment naïve et inefficace ? » est en cours d'organisation.

 

2 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Information

Julia Cagé : Un bout du Monde

SP

Sciences Po Alumni

15 octobre

2

Information

Sciences Po lance la Winter School !

SP

Sciences Po Alumni

07 octobre

Information

Où va le Liban ?

SP

Sciences Po Alumni

01 octobre