Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Une équipe, dix nationalités ou l’art du management interculturel

Information

-

15/09/2016

Un poste de responsabilité en Corée ? Une chinoise, un brésilien et un anglais travaillant à Amsterdam dans la filiale d’un groupe américain ?  Un directeur avec une équipe au siège, une en Inde, une troisième en Roumanie ? Ces situations sont devenues courantes et multiples. Le Management Interculturel est une œuvre de création. Guy Perier (promo 79) nous offre des repères pour nous approprier ce savoir-faire.

 

Développer une écoute à plusieurs niveaux

 

Regarder, apprendre, se laisser surprendre. Comprendre petit à petit d’autres valeurs. En suspendant nos jugements, en questionnant nos bonnes pratiques, en nous adaptant avec beaucoup d’humilité. Zone de mise en risque. A remettre sur le métier dans toute nouvelle situation.

Mais cette ouverture à d’autres modes de fonctionnement n’est payante que si nous sommes capables de la mettre en relation avec nos propres valeurs, celles de l’entreprise pour laquelle nous travaillons. Equilibre souvent fragile. On dit qu’un manager international a forcément passé des nuits blanches à se questionner sur le fonctionnement de son équipe. Ce que Pierre Boulez traduisait en disant : « La virtuosité c’est le plaisir de se mettre en danger ».

 

Communiquer avec un spectre large

 

Aller au-devant des autres, les  questionner, passer du temps ensemble, s’appuyer sur des alliés, prendre du temps à expliquer, travailler une expression claire. Pour passer outre les barrières linguistiques, limiter les quiproquos, susciter de la confiance.

Le défi réside dans notre capacité à dépasser notre mode de fonctionnement naturel pour adopter un spectre large, aussi riche que l’arc-en-ciel des cultures de nos collaborateurs : ceux qui ont besoin d’autonomie et ceux qui croient à l’autorité, ceux qui jouent collectif et ceux qui pulsent à la réussite individuelle, ceux qui prennent du recul stratégique et ceux qui investissent la primauté de l’action…Exprimer très clairement ses attentes, leur donner du sens, se montrer enthousiaste, être prêt à déléguer avec recul ; passer d’un mode à l’autre comme on « joue » harmonieusement d’un instrument. Ce sont les comportements qui donnent envie de nous suivre et nous permettent de créer avec nos collaborateurs un véritable orchestre : une équipe unique et efficace.

 

Définir son échelle de temps

 

Même dans un monde marqué par l’hyper rapidité, il y a une courbe d’adaptation interculturelle.  Rythmez-en les mouvements :

Phase de découverte : Créez les conditions d’une découverte mutuelle : des objectifs clairs et accessibles ; l’élaboration de règles communes sur des incontournables de la vie professionnelle (organisation des réunions, délai de réponse aux mails…) ; des moments conviviaux pour casser la glace.

Phase de reconnaissance : Trouvez des accélérateurs. Trois occasions vous seront d’une grande aide. Gérer les conflits et les échecs comme des occasions de renforcer le dialogue et de trouver des solutions. Reconnaître et récompenser les mérites en vous adaptant aux motivations de vos collaborateurs (Financières ? Titre et honorabilité ? Nouveaux challenges ? Avantages professionnels ?). Montrer à votre équipe que vous êtes prêt à prendre sa défense. Tout l’enjeu est de développer le sentiment d’appartenance au sein d’une équipe.

Phase de création : après avoir établi les bases d’un langage commun, il devient possible, pour vous, d’indiquer de nouvelles directions, pour toute l’équipe, de se projeter dans des projets communs et de se les approprier, pour tous, de s’engager. Les difficultés surmontées n’en rendront la réussite que plus forte. Réussite magnifiquement humaine : faire fructifier le potentiel d’une diversité au service d’un projet, goûter le sens de l’exceptionnel, permettre à un groupe de se dépasser, faire grandir les autres, grandir soi-même. Le management interculturel est un art exigent, subtil, gratifiant.

 


Enfant du village mondial, Guy Perier (promo 79) a vécu, étudié ou travaillé dans 20 pays sur 4 continents. En s’appuyant sur sa double expérience comme manager international chez L’Oréal puis comme chef d’orchestre professionnel, il réalise des interventions de Team building et de Leadership par la Musique.

 

2 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Information

Julia Cagé : Un bout du Monde

SP

Sciences Po Alumni

15 octobre

2

Information

Sciences Po lance la Winter School !

SP

Sciences Po Alumni

07 octobre

Information

Où va le Liban ?

SP

Sciences Po Alumni

01 octobre