Défis démocratiques et transition socio-écologique : un temps à réinventer la démocratie ?

En ligne
La date limite de clôture des inscriptions est passée.

Crise environnementale, crise énergétique, crise sanitaire… Les modèles économiques, sociaux et politiques qui prévalent dans nos sociétés occidentales sont aujourd'hui remis en cause. Abstention aux élections, mouvements de jeunes et nouvelles formes de mobilisation citoyenne, actions judiciaires contre l'État sur la question du changement climatique… Bousculée, la démocratie doit se réinventer. Avec, en ligne de mire, un enjeu suprême : la capacité de l'Homme à sauver sa planète, ce qui passe par la réussite d'une transition socio-écologique impliquant la justice climatique.

INSCRIPTIONS

 

9h00 : Ouverture par Jean-Patrick Masson, Président d'Alterre

9h30 : La démocratie : crise et recomposition par Pascal Perrineau, professeur émérite à Sciences Po Paris

Notre démocratie représentative est en crise. L'abstention, entre autres indicateurs, traduit un phénomène d'usure de notre système. Les difficultés des partis dits traditionnels et le succès, aux différentes élections, de mouvements politiques sortant du schéma bipartite historique traduisent l'aspiration des Français au changement. Enfin l'émergence de formes nouvelles d'action politique, relevant davantage de la démocratie directe, amène à s'interroger sur les fondements mêmes d'un système politique appelé à se repenser en profondeur.

10h30 : La démocratie face au changement climatique par François Gemenne, directeur de l'Observatoire Hugo, membre du Giec

Parce qu'il transcende les frontières et les générations, le changement climatique est un défi sans précédent pour nos démocraties. Alors qu'il impacte déjà lourdement certains pays, les pouvoirs politiques ne parviennent pas à s'accorder et à se mobiliser sur des actions d'envergure planétaire pourtant indispensables. Ainsi l'environnement est-il l'un des ressorts majeurs des crises politiques actuelles. L'urgence climatique impose des réformes et des changements de comportements qui remettent en cause nos fonctionnements politiques actuels.

11h30 : Rééduquer son cerveau pour sortir de la crise par Sébastien Bohler, docteur en neurosciences

Pourquoi l'homme qui sait n'agit-il pas ? Par des mécanismes que la science est à même aujourd'hui d'expliquer, le cerveau humain peut tout à la fois constater la crise et ne rien faire pour l'empêcher. Cette machine qui a valu à l'espèce de prendre l'ascendant sur toutes les autres sera-t-elle finalement ce qui la conduira à sa perte ? Le décryptage des modalités de fonctionnement du cerveau permet en tout cas de comprendre pourquoi l'homme s'effraie du réchauffement climatique tout en continuant à l'accélérer. Et peut-être d'échafauder des solutions pour sortir de l'impasse.

14h : Les nouveaux acteurs de la transition écologique et démocratique

Table ronde avec Adèle Chasson (HOP), Granny (Extinction Rébellion), Paloma Moritz (journaliste), Nathan Lesein (Samu social) et Gamal

Quand des associations permettent d'influencer la loi anti-gaspillage, quand des Youtubers produisent des vidéos pour décrypter les enjeux et mettre en avant des solutions innovantes, quand des citoyens dits « précaires » débattent pour demander une autre politique, quand des jeunes marchent pour le climat… Depuis quelques années apparaissent de nouvelles formes de mobilisation et d'engagement, notamment à travers les médias et réseaux sociaux, appelant à la mise en œuvre d'une autre politique, avec l'environnement pour exigence suprême. Ces mouvements impliquant tous les citoyens, révèlent que la prise de conscience est désormais généralisée et contribuent, par leur action et leur récit, à accélérer la transition écologique. Témoignages et débats.

15h45 : Le citoyen au cœur de la lutte contre le changement climatique

Table ronde avec Caroline Lejeune (université de Lausanne), Aurore Bimont (Démocratie ouverte), Sébastien Mabile (avocat) et Nils Öhlund (comédien et Paris Bascule)

Partout, des initiatives citoyennes émergent pour porter la question du changement climatique. Elles visent les politiques publiques, estimant leurs actions insuffisantes ou inefficaces. Elles traduisent la volonté de voir de nouveaux systèmes de gouvernance, où le citoyen aura davantage de place dans les institutions. De la consultation à l'action judiciaire internationale, de la constitution de groupes de citoyens engagés à celle de groupes d'action locale, le citoyen se positionne au cœur de la transition socio-écologique, interrogeant nos démocraties sur leur capacité à faire une place à des actions citoyennes qui appellent des questions nouvelles : quelle formation, quelle légitimité, quelle représentation, par exemple, pour ces citoyens acteurs du monde ? Témoignages et débats.

17h15 : Fin de la journée

12 vues Visites

J'aime

Webconférence
Diffusé sur : Bourgogne Franche-Comté
Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Évènements suggérés

mar.

01

déc.

Regards sur la Russie dans l'actualité internationale

mar.

15

déc.

Revenu universel : « l’antidote social » à la pauvreté ? rencontre avec Benoît Hamon

mer.

09

déc.

GIGN-RAID, deux patrons d'unité face aux nouvelles menaces