Depuis plusieurs années notre association a choisi de développer son action hors de Paris. La création du Cercle de l’Outre-mer, portée par Pascal Perrineau, président de Sciences Po Alumni, aux côtés d’Adolphe Colrat, qui a accepté d’en prendre la présidence, et de Georges Gaède, membre du conseil d’administration de Sciences Po Alumni en charge des régions, s’inscrit dans ce mouvement et entend lui donner une résonance particulière, à l’aune de la situation propre à ces territoires.

Créer le Cercle de l’Outre-mer au sein de Sciences Po Alumni, c’est prendre appui sur un double constat. D’un point de vue macroscopique, l’outre-mer est méconnu. Par-delà quelques regains ponctuels d’intérêt, au gré des crises diverses qui l’affectent, l’ample diversité et la richesse polymorphe de ces territoires demeurent dans une très large mesure hors du champ de préoccupation de la population française et des personnes qui exercent des responsabilités. Dans l’orbite Sciences Po, l’outre-mer est à la fois présent (une vingtaine de lycées intégrés au dispositif des Conventions d’éducation prioritaire (CEP), [•] camarades installés outre-mer, une section régionale à la Réunion et des correspondants dans les Caraïbes) et peu pris en compte.

Créer le Cercle de l’Outre-mer, c’est permettre à Sciences Po Alumni de contribuer à faire de l’Outre-mer un enjeu d’avenir. Notre association pourra être un lieu d’échange d’idées à même d’explorer quelques-uns des aspects saillants de l’Outre-mer sur les terrains politique, économique, social ou culturel et de porter la parole des Sciences Po sur des sujets qui ne peuvent que gagner à ne plus être considérés comme accessoires par la France et par l’Europe.